6/26/2010

Épices, coeur & cuivres / Georges Tremblay 1966


Quelle horrible pochette pour un si bon disque.

Épices, coeur et cuivres est un de ces nombreux albums Lounge aux sonorités latines des années 60. Dans la foulée du succès de Herp Albert & the Tijuana Brass et ceux d'orchestres allemands (Bert Kaempfert, Roberto Delgado...); est né une mode de disques d'influences latines ou du moins mexicaines (style Mariachi). Beaucoup de ce qui faisait ce Son était dû à la place accordée à la section cuivre (Brass) mais plus particulièrement à la trompette. Certains y voyaient un "culte" de la trompette. L'accompagnement de guitare sèche était très fréquent, sans oublier l'utilisation d'instruments latins tels le marimba ou le clave.

En vérité il ne s'agissait pas tellement de "vrai" musique Latino-américaine (comme on pourrait en entendre au Guatemala, Pérou...) mais bien d'une version occidentale ET pop de la musique latine. Une sorte de Tex-Mex musical. Le style Mariachi n'était que le point de départ. Qu'à cela ne tienne, un genre était né.


Le Québec n'a pas été épargné par cette vague. À part l'album Épices, coeur et cuivres, un autre exemple du genre est le disque de Bix Belair et Gilles Laflamme à la même époque. Il avait pour titre tout simplement: Tijuana.










Mentionnons également le 45t de Roger Gravel et son orchestre Tijuana. Même son de trompette et encore l'utilisation du mot Tijuana.

Tijuana est bien sûr cette ville frontière entre le Mexique et les États-Unis. L'utilisation du nom de cette ville était fréquent chez les groupes faisant ce style de musique. Le mot est devenu un raccourcis intellectuel faisant référence à l'atmosphère festive de la ville et du genre musical.





L'album de "Georges Tremblay et ses Brass" se démarque du lot parce qu'il ne contient QUE des compo originales et aucune trace du mot Tijuana. Vue de l'extérieur on ne dirait même pas un album "Latin". Soit l'étiquette de disque Triomphe n'avait aucun sens du marketing, soit ils essayaient de se distancer de cette mode (quoiqu'en regardant la pochette, on est plutôt porté à pencher du côté "zéro sens du marketing").

Si l'album a été une tentative de "surfer" sur la vague latino, au moins ça a été fait avec subtilité et par quelqu'un qui ne s'est pas contenté de réchauffer des "succès" à la sauce latine. Georges Tremblay a clairement fait là l'album référence québécois du genre. Il était l'un des rares compositeurs/arrangeurs d'ici qui avaient le talent pour apporter sa pierre à l'édifice. Malheureusement pour nous, aucune date ni musiciens n'y sont identifiés.

Comme sur chaque pièce de Georges Tremblay, on reconnait le talent qu'il avait pour créer des thèmes accrocheurs. Il savait faire des combinaisons d'instruments inusitées. Il ne s'était pas gené ici pour "diluer" le son latin avec des instruments Pop comme: l'orgue, la guitare électrique et la flûte traversière.


Des pièces comme Le soleil fantastique, Chou-fleur, Burrito mystico, sont typiques du genre latino-occidental. Rapides, joyeuses et dansantes.

Mais d'autres sont plus lentes, solennelles, presque Jazz: Gin Tonic, J'ai encore pour toi, Fraise à la crème.

La pièce Dans la vie, est la seule qui sort du lot car elle n'appartient pas vraiment au genre du reste de l'album. Très bon morceau ceci dit. Je la décrierais comme une valse "big band" mais avec des percussions latines (clave).

Le disque est léger et vous mettra de bonne humeur, garantie. C'est l'album d'été par excellence.
MP3: Téléchargez l'album complet

5 commentaires:

S.ébastien a dit...

Tiens, tiens... C'est cool de jaser de "Tijuana, PQ". Je suis par contre personnellement en désaccord avec un détail: la pochette est fantastiquement kitsch! Aussi joviale que le répertoire de Tremblay! Ça aurait pu être pire, une mannequin cheesecake avec un sombrero sur la poitrine, genre... ; )

Simon a dit...

Merci Séb.

C'est vrai, j'aurais dû écrire Kitsch au lieu de horrible. Pour les pochettes de mannequin cheesecake, drôle que t'en parle, l'album précédent de Tremblay en avait justement une.

Vente de garage a dit...

C'est excellent! J'adore J'ai encore pour toi et Gin tonic! J'avais jamais vu ou entendu parler de ce disque! Belle découverte, merci!
Félix

Michel a dit...

L'album de Georges Tremblay était sur un palmarès des Succès du jour en plein été 1966 !

Simon a dit...

Michel pouvez vous me confirmer que cet album est sorti en 1966 ? D'où tenez vous cet info (quelle publication) ?