1/29/2013

Entrevue avec François Carel


Psyquébélique, Vente de Garage et Mondo PQ aimerait rendre hommage à François Carel.

Six ans après la publication de mon court article sur son 45t "Montréal 67", François Carel a pris contacte avec Psyquébélique.

Pour ceux qui ignore l'importance de François Carel dans l'histoire de la musique au québécoise, disons qu'il fut un des meilleurs musiciens/arrangeurs que l'industrie musicale québécoise ait connu dans la période 1965-70. À l'époque ou l'industrie se complaisait dans la traduction de musique d'ailleurs; ce jeune homme s'obstinait à créér du matériel original, de qualité ET Soul de surcoît ! Il fut une des rares voix à chanter ce Son "noir" en français.

Lorsqu'il était arrangeur, il savait insuffler une énergie incroyable dans les enregistrements qu'on lui confiait.  Des chanteuses franchement banales devenait soudainement dynamique sur disque grâce à la touche de Carel (voir l'article sur Michèle Richard de mon collègue Félix B. Desfossés).

Claveriste hors pair, d'autres arrangeurs se l'arrachaient comme musicien pour leurs sessions d'enregistrements.  Bref à plusieurs niveau il fut un agent de changement positif pour l'industrie de l'époque.  Sa carrière de chanteur aurait mérité d'aller beaucoup plus loin qu'elle ne l'a été.

J'ai profité de ce courriel de M Carel pour faire une entrevue avec lui. Il m'a raconté ses début, sa carrière de musicien, d'arrangeur, de producteur et fait le point sur pourquoi on ne l'a pas entendu sur disque depuis 1970. Tout les extraits musicaux sont de ses chansons sauf si indiqué. Je tiens à remercier mes amis Michel et Lëa qui m'ont aidé à trouver deux des extraits.





Écoutez l'entrevue:


Que pourrais t'on rajouter sur François Carel qui n'a pas été écrit ou dit par mes collègues Félix de Vente de Garage et Sébastien et Mimi de Mondo PQ ?  Psyquébélique vous offre l'intégrale des deux LP de François Carel.

Ne sautez pas de joie trop rapidement par contre.  Ces deux long jeux sont un peu décevant. Ça aurait pu être génial s'il aurait s'agit QUE de compos originales.  Malheureusement, comme il l'explique en entrevue, ces disque sont en fait un répertoire de reprise imposé (et un peu mal choisie) par Caroussel/Tournesol.  Malgré certains choix douteux, on reconnait la touche de M. Carel à l'orgue et aux arrangements. Tout les pièces sont instrumentales et plusieurs d'entre étaient des bandes maitresses auquels d'autres artistes ont simplement rajouté leurs voix.

Mentionnons tout d'abord la pièces Les lunettes ("Judy in Disguise / John Fred and his Playboys Band")  pour sa puissante batterie et son accompagnements de cuivres.

"L'amour est bleu" (L'amour est bleu / Vicky) avec son solo de guitare incroyable, mais aussi le son de l'orgue à la toute fin.

La fille du pacha, est une version de "Sur la colline / Joe Dassin". La version orgue est la plus intéressante des deux. Les choeurs et trompette sont comboné de façon intéressante. Les toutes premières notes de violons rappel drôlement le pré-générique des Sentinelle de l'air.

Oh, ma belle Marguerita, Il s'agit d'un version de la pièce du même nom de George Guetary. Elle fut chanté par Fernand Gignac (pour vous donné une idée du répertoire à qui était destiné ces chansons).  C'est une drôle de pièce à mi-chemin entre le Tijuana bras et le Honky Tonk.

La contribution de Psyquébélique à cet hommage collectif à François Carel sera donc purement instrumentale. J'en profite pour rajouter le 45t jazz de Montréal 67.

MP3:
Télécharger le 45t de François Carel Montréal 67

3 commentaires:

Anonyme a dit...

Excellent son et arrangement sur Montréal 67. Merci pour le lien et mp3 :)

Martin

Thierry Robin a dit...

Très chouette "entrevue", même vue de Belgique.
Une belle tranche de la vie musicale de votre pays, nostalgique et un peu amère.

Très pro aussi, avec l'extrait musical correspondant à l'artiste cité.
Bravo.

Simon a dit...

Merci c'est gentil