7/25/2009

Après Ski / Jacques Crevier Illustration 1971


Après Ski c'est la genèse du Funk Québécois. Avant 1971, Il y a eu quelques 45t, mais disons que c'est le premier albums Funk fait par des musiciens Québécois. Tout de même étonnant que ce fameux premier album du genre ait été composé pour rien de moins qu'un film érotique. Voici donc l'histoire d'un style musical née dans le vice.


Jacques Crevier est un personnage qui, au fil du temps, a donné lieu a toutes sortes de spéculations. On a dit de lui qu'il était un français qui n'a travaillé que brièvement au Québec; que son nom était le pseudonyme du groupe Chicago. La vérité est probablement moins spectaculaire.

Le seul mystère selon moi est le nom de Diane Huggan sur l'étiquette centre du disque. Ce nom ne correspond à aucune musicienne, compositrice, chanteuse connu ou répertorié. Probablement une histoire de prête-nom de la part du producteur pour encaisser des droits d'auteurs. Enfin. À ma connaissance Crevier n'était qu'un compositeur/arrangeur peu connu qui a surtout travaillé dans l'ombre de plusieurs chanteurs/euses Pop. Mentionnons seulement: Jacques Boulanger, Pauline Julien, Anne Renée, Claude Valade et Tony Roman.


******************************DU NOUVEAU******************************
Mon collègue Félix de Vente de Garage vient de faire toute une découverte. Il semblerait que l'ensemble de Jacques Crevier aurait été nul autre que le groupe Montréalais Illustration.

RICHARD TERRY—BASSE
GARRY BEATTIE—GUITARE
JOHNNY RANGER—ORGUE
CLAUDE ROY—BATTERIE
BILLY LEDSTER—VOIX
GLENN HIGGINS—SAXOPHONE TENOR
NORMAN BURGESS—SAXOPHONE BARITONE
ROGER HOMEFIELD—TROMBONE
BENOIT PERREAULT—TROMPETTE
BILLY SHIELL—TROMPETTE

Dans une entrevue à Félix de Vente de garage, le leader dénommé John Ranger affirme avoir tout composé les pièces à l'exception d'une et minimise le rôle de Jacques Crevier:

"Jacques Crevier did nothing. He is a fake. He took all the credit, but I did all the writing."
******************************DU NOUVEAU******************************

Probablement que les collectionneurs Québécois n'arrive pas à croire que quelqu'un qui aurait composé un disque aussi bon que la B.O. du film "Après Ski" aurait pu s'arrêter-là. Mais ça serait mal connaître l'histoire culturel du Québec. Il y a tellement d'artistes surdoués (en BD, cinéma, littérature ...) qui, pour toutes sortes de raisons géo-culturel, s'arrêtent après 2-3 chef-d'oeuvres. Même les plus talentueux n'ont pas toujours une longue carrière ici.

Autant par sa rareté que par sa qualité, Après Ski fait saliver bien des collectionneurs. La trame sonore de ce film est devenu le St-Graal du Funk Québécois; notre ambassadeur Funk à l'étranger . Il est l'origine du genre mais reste indétrôné (après toutes ces années), au sommet de la courte liste des meilleurs album Funk Québécois. Liste qui incluerait (selon Psyquébélique) Jérémie de Lee Gagnon (1973), Le deuxième album du Ville Émard Blues Band (1975), l'album brun de Luc Cousineau (1976) et Ovila de Ovila Blais (1976).

Le titre Après Ski vient bien sûr de l'expression faisant référence au côté social de ce sport nordique. Une pub de Pub de Pepsi datant de 1988 illustre un peu le sense.
video


En fait, ce film de Roger Cardinal était l'adaptation du roman de Philippe Blanchont paru en 1966. À l'endo on peut lire:

"Un roman basé sur les faits authentiques de la liberté sexuelle qui se déroule sous prétexte du sport dans nos centres de villégiature canadiens."

Le film quand à lui, suit cette veine et raconte les histoires "amoureuses" de quelques moniteurs de ski dont Marc (joué par Donald Pilon). Après avoir batifoler avec ses étudiantes, Marc finit par tomber amoureux de Terry Lopez (Céline Lomez). Pour être gentil, je qualifierais le scénario de "léger". Coïncidence ou non, vingt ans plus tard, un film au concept drôlement similaire est sorti au États-Unis: Ski School (1991).

En 1971 au Québec, le cinéma est en pleine révolution sexuelle depuis Valérie (1968). Une vague de film érotique tantôt appelé "Déshabillons la québécoise", tantôt "Maple Syrup Porn" fait rage. Autour de ce noyau, orbite les plus talentueux artistes de l'époque (musiciens, illustrateurs). Mais cette mode est loin de faire l'unanimité.



Tout d'abord plusieurs membre de l'équipe d'Après Ski renièrent le films une fois qu'il sorti en salle (dont Donald Pilon et le scénariste Pierre Brousseau). Trouvant le film mauvais, ils prétextèrent y avoir participé pour des raisons strictement financières. Puis un curé de St-Roch parti en croisade anti-pornographique contre "Après Ski" et "Piles ou Face". L'affaire se transforma en mini scandale. À cause d'une pétition adressé au Ministère de la justice, des bobines du film furent saisient à Québec. L'association des Réalisateurs manifesta contre ce retour en arrière vers la censure. La position du ministre Choquette ne fit pas l'unanimité au sein du caucus libéral de Robert Bourassa. L'histoire se régla grâce au premier ministre. Il intervenu personellement dans le dossier suite à une rencontre avec les membres de l'association des réalisateurs.

Le film connu malgré tout un grand succès, la croisade du curé Lavoie donna tout un coup de pouce publicitaire à Après Ski. Comme plusieurs films érotique d'ici, il suscita la curiosité au Canada anglais. Il fut doublé et distribué sous différents noms à l'étranger: Winter Games (CAN), Sex in the Snow (G.B.), Meta to ski (Grèce) et Snowballin' (É.U.). Des scènes "hard" avaient été rajoutés par le distributeur états-unien dans cette version.


Ce qui est drôle avec le recul aussi, c'est la brochette d'artiste "respectable" qui on joué dans ce film érotique: René Angelil, Janine Sutto, Francine Grimaldi et Raymond Lévesque (pour ne mentionner que ceux-là).

Mais revenons à la musique. La Face 1 de l'album contient surtout des balades de vedettes de la Pop ronflante de l'époque. Marc Hamilton (Comme elle sont belles les filles), Mariette Lévesque (Dors avec moi), ainsi qu'une balade instrumentale (Les amants). Céline Lomez chante le thème (Après Ski).


Étrangement, une version de ce thème fut joué à l'époque par le jeune organiste (trop jeune "légalement parlant" pour avoir pu voir le film) Maurice Desjardins. Avec beaucoup moins de budget et d'instruments (Batterie, guitare et orgue), il réussi à faire une adaptation franchement plus rythmé que l'originale. Pas mal pour un garçon de 12 ans ! Cette version est disponible sur le site de mon collègue Vente de garage.






Maintenant passons aux choses sérieuses; la musique Funk du côté B. Le nom de Crevier John Ranger n'est presque pas visible et n'est inscrit qu'a l'endo. C'est tout de même ironique avec le recul de constater que ce qui a le mieux vieillit de cette trame sonore est ce qu'on cachait quasiment à l'époque.

Le Funk était utilisé au départ dans les films d'action afro-américain, mais est devenu, avec le temps, synonyme de musique porno. Des films comme Après Ski ont certainement contribués. L'année de sortie d'Après Ski (1971) coïncide avec le tout début de la vague de films Blaxploitation au États-Unis (Shaft 1971, Super Fly 1972 ...etc).

Le son des pièces de Crevier Illustration est typique des meilleures trames sonores de l'époque. Un orchestre dominé par les cuivres et percussions. Un mélange des B.O. de films d'agents secret fin 60's (cuivres solennels), mais avec une touche de Funk 70's (cuivres plus libidineux, ajout d'orgue, basse et de guitare Wah Wah). Quelque part entre la porno et les séries policières.

Les pièces de Crevier Illustration nommé "La course endiablé", "Le doux renard", "Le grand Marc", "Les yeux brulant" sont de purs joyaux. "La course endiablé" est la dernière pièce de la Face 1. Trop courte (1:03), une sorte de geuleton avant le plat principal. On dirait presque de l'Afro-beat avant l'heure.

La meilleure pièce est clairement "Le doux renard" (quoique l'intro et la conclusion s'éternissent légèrement). Cette pièce fit partie de la compil "Canadian Racer" (2002) mais fut mal identifié. La combinaison d'instruments à vent lourds (sax baryton) et aigus (trompette) dynamisent la section cuivre.

La pièce "Le grand Marc" est un funk circulaire et accrocheur. L'omniprésence de l'orgue la distingue des autres pièces. "l'âme de feu" est une pièce strictement Jazz. La trompette sourdine est à l'honneur, mais elle est appuyée d'une lourde section cuivre qui lui donnent un certain prestige. "Les yeux brulants" conclu l'album en beauté. Similaire à la pièce "Le doux renard" mais plus down-tempo.


Avis aux intéressés, en 2007 le distributeur Équinoxe Films a réédité le film en DVD (et changé la pochette blanc neige d'Après Ski en turquoise ?!?).











De plus, tout récemment (en 2009), un groupe nommé Érotique PQ s'est formé. Ils se sont donnés pour but de rendre hommage aux trames sonores de films érotique Québécois. Sur scène il réinterprétent une sélection des meilleures pièces. Ils ont une page Myspace et dans un extrait de leur spectable au Off festival d'été de Québec (disponible sur Youtube), on peut entendre "Les yeux brulants" tirée d'Après Ski.

Finalement cette trame sonore est un chef d'oeuvre musicale oublié. Comme tout les autres disques Funk Québécois, Après Ski n'est toujours pas réédité en DC. Le peu de copie restant de ce disque, sont fort probablement en majorité à l'étranger. Le plus triste dans tout ça, c'est que tout une génération de musiciens Québécois ignore son existence et vont puiser leur inspiration chez des artistes américains ou français. Quand on sait combien cette B.O. est recherché au États-Unis et en France, c'est d'autant plus ironique. On est jamais prophète dans son propre pays !


MP3: Téléchargez l'album

37 commentaires:

Colin a dit...

Un autre album dont j'attendais l'ecoute et ca ne decoit pas! Tout de meme sophistique pour la trame sonore d'un film de minouches.. et vraiment, c'est pas juste mon esprit souille qui parle, mais la pochette est vraiment pas mal du tout aussi!

Je sais pas si c'est juste moi de mon cote, mais j'ai telecharge l'album ete ya juste "Le doux renard" qui semble pas vouloir jouer.. erreur d'encodage on dirait..

re-merci!
Colin

Vente de garage a dit...

BABOUM!!!!
Simon, tu viens de nous lâcher une bombe! hahaha!
Effectivement, quel classique que cette trame sonore... vraiment EXCELLENT!!!
Ma favorite, c'est Le grand Marc, mais les autres tounes de la face B valent toutes le coup! Très bon article aussi, et merci pour le lien!

Permet-moi, toutefois, en tout respect, de poser ici un bémol:

Je suis d'accord avec toi que c'est probablement les premières compositions - pcq il y a eut bcp de reprises réussies - funk québécoises composées par des "blancs" qui soient de calibre international, mais si on se tourne vers:

-Trevor Payne (Le funky, 1966 - c'est un funk inspiré des premiers grooves du genre),

-Raphaël (Amoureux, 1968 ou 69?)

-et surtout Billy Martin & The Soul Jets (The Strut, Peaches & cream, 1969),

on retrouvait déjà d'excellentes compositions funk chez ces musiciens noirs québécois établis à Montréal! : )

Je comprends tout à fait que notre définition du funk n'est pas la même, à chacun sa définition, on a déjà eu l'occasion d'en discuter. Je respecte tout à fait ton point de vue. Mais, sincèrement, pour moi, l'album d'Ovila, par exemple, est plutôt un genre de funk rock fusion... que véritable funk comme James Brown l'a "inventé" ou comme ses suivants l'ont façonné...

Donc, à chacun sa définition et à chacun son point zéro du funk québécois! : )

Simon a dit...

Merci colin. Es-tu sûr qu'il y a un problème d'encodage dans les fichiers que t'as téléchargés ? Peux-tu réessayé, il semble correcte de mon côté.

yeyequebec a dit...

Moi aussi je n'ai pas pu avoir "Le doux renard". Ça me dit "fichier corrompu"?!

Simon a dit...

Félix merci des compliments.

Comme tu dis on pourrait rentrer dans un débat stérile de la définition du mot Funk. Perso j'ai très rarement entendu des trucs 60's que je trouve Funk. À part pour James Brown, J'ai tendance à mettre ça dans la catégorie Soul / R&B (genre François Carel ou Pierre Perpall).

J'avoue mal connaître Billy Martin et Trevor Payne. Pas parce qu'ils sont noirs mais parce qu'ils chantent en anglais. Dans ma tête, si le nom est anglais et que ça chante en anglais, c'est du "Canadien". Je ramasse pas trop le Canadien (faut ben délimiter sa collection quelque part, je ramasse déjà ben trop d'affaire, ça finirait plus sinon). Je sais que tu les avais inclu dans ton podcast Soul Québec. Je suis en train de le réécouté.

Par contre Je suis super curieux d'entendre Raphaël/ Amoureux. Corrige moi si je me trompe mais lui il n'y était pas sur ni une ni l'autre de tes podcast Québec Soul. Pourrais-tu me l'envoyer en privé.

Pour revenir sur l'interprétation du Funk. Comme je suis plus un gars 70's et toi probablement plus un gars 60's dans tes goûts, j'imagine qu'on aime plus ce qu'on prend du funk ce qu'on aime... et comme ce style musicale à durée longtemps, ça passé par toute sorte de transformation.

J'aime les grands ensembles funk début 70 de style Blaxploitation. Mais aussi les plus petits le funk mi-70. Je trouve qu'Ovila (en 1976) faisait du Funk de 1976. Pour certaine personne (mélomanes plus jeune), le funk commence en 1980 et est strictement électro.

Simon a dit...

Bon, désolé, j'ai retéléchargé l'album. Si y a un problème réécrivez-moi.

S.ébastien a dit...

Ça c'est de la recherche, m'sieur! Fantastique! Bon article, pleins de liens, bravos pour les découpures et merci d'illustrer ce roman dont j'ignorais l'existence! Le funk, c'est ton culte, ta passion et ça se lit. J'apprécie ta prise de position par rapport à la méconnaissance généralisée, surtout chez-nous, envers ce disque.

Je penche aussi dans la même direction que Félix quant aux origines du funk. 1971 c'est certe une année charnière dans "le Son du Québec Sound", la fusion de tous les styles s'opère pour actualiser notre identité musicale. J'en avais d'ailleurs parlé dans mon article sur Jean Fortier (la plogue).

Tenant compte des précurseurs au funk compilés sur Vente de Garage, je préciserais que la B.O. d'Après-Ski, sans être le degré zéro du funk, catalyse néanmoins le genre sur la scène Québécoise. Ça, y'a pas de doute. Après 1970, les genres sont plus définis culturellement parlant d'ailleurs, vous trouvez pas?

Vos deux blogs ont toujours analysés l'évolution du soul et du funk en se complétant alors je continuerai d'appuyer chacune de vos définitions du funk, de sa genèse à son âge d'or.

Québec, Terre du Funk! Pour citer Ramses (funky!): Que cela soit écrit... et fait!


S.ébastien

Vente de garage a dit...

Ben voilà S.ébastien, tu résumes très bien ce que je soutenais. On peut très rarement fixer un point zéro à un genre, en général. Et c'est vrai qu'autant au Québec qu'ailleurs, les genres se précisent plus à partir de 1970.

Simon, tu as 100% raison qu'on peut interpréter le funk selon la période qui nous plait le plus. Et c'est tout à fait légitime. C'est pourquoi je pense que nous avons deux interprétations tout à fait pertinentes et complémentaires (comme le dit si bien S.ébastien) du funk.

Raphaël est inclus dans mon podcast Québec Black Soul. C'est d'ailleurs arrangé par... roulement de tambours... Jacques Crevier!!! On tient donc ici des racines solides du funk québécois! C'est sorti sur Canusa circa 68-69 (à vérifier).

Trevor Payne, pour sa part, chante en français sur 3 chansons (1 compo, 2 reprises), 1 instru (le funky, compo) et chante en anglais sur 2 autres compos assez ordinaires lancées en 1970. Il est aujourd'hui chef du Montreal Jubilation Choir. Il a toujours opéré et dans les milieux francos et dans les milieux anglos montréalais.

Billy Martin chante généralement en anglais, puisqu'il est d'origine américaine, mais il fait surtout des reprises en anglais. The strut et Peaches and cream, deux excellentes compositions funk, sont uniquement instrumentales! Un vrai délice! Je crois que tu les adorerais Simon! : )

Pierre Perpall, par contre, a sorti des reprises qu'on doit absolument catégoriser funk: Satisfaction, version Otis Redding, et Do-Ré-Mi-Fa-Soul, reprise de Sing a simple song de Sly & The Family Stone.

On pourrait en parler encore longtemps et, avec tous les 45 tours de r&b/soul/funk montréalais qu'Alex Taylor m'a prétés quand je préparais mes podcasts soul, je peux te garantir qu'il y a encore plusieurs artistes dans le genre à découvrir! : )

Encore merci pour cette entrée très détaillée, avec des coupures de jouranux, etc. C'est vraiment du solide cette recherche!

brem a dit...

Salut!

Excellent article et élaboration sur le sujet!

Tu es peut-être au courant, mais il y a un groupe (don je fais partie) qui s'est formé cette année pour rendre hommage aux trames sonores de fils "érotico-légers" québécois. Nul besoin de dire que Crevier et Après-Ski est notre pierre angulaire!

Le groupe Érotique PQ sur MySpace:

http://myspace.com/erotiquepq

Aussi recherches sur Youtube et Vimeo pour des extraits de notre premier spectacle.

Bonnes écoutes!

brem

Simon a dit...

Brem

Ben oui j'étais en train de vous oublié Désolé. Avait vous un autre show de prévu ?

S.ébastien a dit...

Encore bravos à tout le groupe, Brem! Toute une soirée!

J'étais présent et j'ai mis en ligne quelques extraits flous, mais funky!

http://www.youtube.com/user/Baargeld

Simon a dit...

Merci pour l'encouragement Seb et Félix. J'ai clarifié le texte

Seb
Ok c'est toi ça Baargeld ? Merci d'avoir imortalisé ça.

Felix
J'ai réécouté ton podcast. Ayoye ok il me FAUT Raphaël/Amoureux. As-tu ça en double ? Connais-tu quelqu'un qui là ?

S.ébastien a dit...

Oui, Baargeld autant sur eBay que youtube, c'est bien moi. ; p

brem a dit...

Merci infiniment pour la captation Sébastien, c'est grandement apprécié!

Simon: j'avais entendu dire qu'on allait jouer à Pop Montréal en octobre, mais je n'ai pas eu de nouvelles ou confirmations depuis le show... donc... stay tuned!

brem

Vente de garage a dit...

Malade! Je veux voir Érotique PQ à Mtl!!! J'étais tellement déçu de manquer le show à Québec!

Simon, non, je n'ai pas de double de Raphaël... je viens tout juste d'acheter ma copie à Alex Taylor sur eBay... avant ça, il me l'avait prêtée...

Le Beatnick l'avait dans leur liste sur gemm.com, mais quand je suis allé au magasin pour l'acheter, ils m'ont dit qu'ils ne le trouvaient plus... peut-être auras-tu plus de chance et qu'il la retrouveront? : )

S.ébastien a dit...

Je me souviens avoir entendu Mlle Poupée avancer un spectacle montréalais... au Cinéma l'Amour! Quel coup fumant ce serait!

yeyequebec a dit...

Oh wow!!! Merci Simon pour m'avoir permis d,enfin entendre ce disque! Moi qui avait toujours été sceptique face à la qualité de ce disque ou plutôt sur l'intérêt que je pourrais y porter, me voici converti!!! C'est vrai que les pièces chantés laisse à désirer, mais les pièces instrumentales sont divines! Un bon mélange Funky-Jazz comme je l'aime, avec de très bons solos de cuivres. C'est vrai que "Le doux renard" est une très bonne pièce, mais j'ai adoré "Le grand Marc". Vraiment plein de qualités dans cet album.
Merci encore et je crois qu'il me faudra une copie originale un de ces jours ;)

S.ébastien a dit...

En passant, je voulais souligner l'absence d'un titre sur cette bande originale. Rassurez-vous, ce n'est pas bien grave.

Il s'agit d'un titre de Gilles Brown & Yves Martin (producteur de la BO d'Après Ski) intitulé "On est ben tannés". Le simple est sorti sur Trans-Canada (TC3358) et peut être entendu dans la scène du voyeur (Jacques Desrosiers) et celle où Pierre Labelle rencontre un travesti. L'air country n'est pas original et ne fais pas le poids face à Crevier. Le texte par contre ne manque pas de souligner avec humour la déconfiture de Brown et Martin qui à l'époque signaient des tas de titres pour de nombreuses "sensations pop":

On fait une chanson qu'on croyait un succès.
Mais quand on l'a présenté, personne n'en voulait.
Pierre Lalonde a dit non.
Michèle Richard aussi.
On est ben tannés d'écrire des chansons.
On veut chanter et faire le pognon.
On est ben tannés de composer des affaires (...)


; p

Simon a dit...

Séb
merci de ces précisions. J'ignorais qu'il avait sorti un 45t de cette toune-là. J'peux pas dire que je suis super pressé d'aller l'acheter par contre.

Michel
De rien. Content que t'aime.

cosmo a dit...

Bravo et merci pour cette merveille.

Là c'est vrai que vous allez me faire dépenser des GROS sous beacause je me suis mis dans la tete de me procurer l'album coute que coute$$$!!!

Apres Ovila,Cousineau,Le Pouls ect...

Simon a dit...

sort les bidoux pour Après Ski tu t'en sortira pas en bas de trois chiffres $$$.

cosmo a dit...

Ca je le sais...

Revenons au Funk Québecois;
Je trouve que plusieurs groupes-artistes s'en tenait a la formule couplet-refrain assez safe et sans grande envergure.
Pour moi le funk c'est War,Mandrill,Embryo,Brian Auger,Average White Band,ect..et leurs longs jams ou les cuivres,flutes,congas,percussions et orgues se ''parlent'' pendant des minutes a un ryhthme endiablé.
A part Le Pouls,VEBB,Toubabou et Apres ski,je trouve que les Ovila,Richard Tate,Nanette,et Boule NOire manquent de ''cran'' a ce niveau.
C'est une opinion,lancez moi pas de tomates!

Colin a dit...

Je vais profiter de la parenthese funk pour parler de quelque chose qui me tracasse depuis un bout.. On connait surtout Boule Noire pour "aimer d'amour" ou "aimes-tu la vie", mais j'ai encore jamais vu l'album "Il me faut une femme" mentionne nul part (et meme etrangement, meme pas dans son autobiographie!).. Au depart, j'ecoutais surtout l'album pour la chanson titre, puis je me suis mis a ecouter le reste et depuis, du debut a la fin, je trouve l'album excellent!
A mon avis mr cosmo, cet album ne manque absolument pas de cran.. le funk c'est pas juste de longs solos endiables, mais egalement un feeling: le soul, et ca boule noire le possedait. (et la je lance pas de tomates ;) )
Faut ecouter egalement "Les anges en Californie"...

pour les curieux:
http://www.mediafire.com/?xdmgm4xmqty

Simon a dit...

Colin
"Il me faut une femme" est effectivement très bonne. Boule noire a tellement fait de bonnes tounes que c'est dur de choisir sa préférée (perso j'adore: J'aime ça quand tu fais ça, La loi de Jah, Tu m'habitais, Constance, Barbados Girl et j'en passe). . J'avoue qu'il est souvent réduit à Aimer d'amour & Aimes-tu la vie. Mais il n'est pas le seule artiste à être méconnu ou sous-estimé au Québec. Au moins il a eu un "certain" succès de son vivant.

Cosmo
J'aime les structures éclatés tout comme toi. J'aime aussi les tubes bien ficelés. Ça peux être un défi de faire quelque chose de bon avec autant de contrainte (radiophonique).

cosmo a dit...

A Colin,

Je ne dis pas que le funk ce n'est QUE ca, mais bien que(les jams endiablés)sont une des caractéristiques qui me font aimer ce genre de musique.Tant mieux si Boule Noire a fait du bon funk.Je ne connais pas l'album mentionné.

Les artistes que j'ai mentionné ont presque tous eu a une époque un succès radiophonique tout en y alliant audacité et complexité.

On pourrait en ajouter d'autres;Herbie Hanckock,Headhunters(avec et sans Hanckok),Rare Earth,Osibisa,Graham Bond,Traffic,Keef Hartley...

Colin a dit...

cosmo
je partage ton opinion cote funk, je me suis plutot mal exprime en fait dans ma replique, desole. J'imagine bien que le funk represente plus pour toi et j'apprecie egalement les memes groupes. Je suis un grand fan de jazz-disco-funk-soul (et j'en passe).
J'essayais surtout de rectifier le tir quant a la carriere de Boule Noire.. et d'ailleurs Simon, va falloir que je cherche certains des titres que tu mentionnes, j'ai meme pas encore tout ecoute!

Vente de garage a dit...

Ouais, Boule Noire/Georges Thurston, a plusieurs excellents morceaux obscurs enregistrés avant même de s'être baptisé Boule Noire! Avec le 25e régiment, il a touché au psychédélique pop et léger. La toune Toute All-dressed me fait tripper, assez groovy! Il a aussi lancé quelques 45t solo sur Visa, dont une reprise de Out of sight (Hors de moi) de James Brown très réussie ainsi qu'une toune plus psych avec fuzz, Mon amour. Il a même été dans le glam! Il a repris Metal Guru (Madame Garou) de T.Rex!! Whoa!! Quel artiste méconnu, qu'on associe trop souvent à seulement deux succès...

S.ébastien a dit...

Ouais, bien dit... Respect Boule!

Érotique PQ a dit...

Juste un petit mot pour annoncer un spectacle prochain de Érotique PQ à Québec:

Érotique PQ en spectacle

Samedi le 14 novembre 2009
20h30
à la Salle Sylvain Lelièvre
(Cégep de Limoilou)
1398, 8ème avenue, Québec

10$ Pré-vente au Bal du Lézard et sur Billetech
15$ à la porte

Présentation Limoilou en Vrac

S.ébastien a dit...

Ça c'est une EXCELLENTE nouvelle!!!

Je l'annoncerai sur Patrimoine PQ!


S.ébastien

Simon a dit...

Merci de nous prévenir. Avez-vous des spectacles à Montréal de prévu ?

natsu a dit...

je découvre un blog rempli de zik et d'artiques que je ne connaissais pas;bravo !je penses devenir un fidéle :)

Simon a dit...

Natsu,
merci pour les compliments et bienvenue.

Jaquo a dit...

Woah!
Je vous reviens messieurs,avec des précisions importantes sur ce disque "Après-Ski".
Je viens tout juste de vous trouver,par l'entremise d'un ami musicien qui m'a signalé ce blog(je ne fréquente pas les blogs).
Mon nom est Jacques Crevier,
et me faire traiter de "fake" par un collègue musicien qui ne sait absolument rien de moi, arggg...je me calme...pour l'instant je dois quitter.

Simon a dit...

Quel honneur M. Crevier !
SVP écrivez-moi en privé à mon adresse. Je veux entendre votre version de l'histoire:

psyquebelique@yahoo.ca

S.ébastien a dit...

De la RARE visite! Nous voulons TOUS connaître votre version, M. Crevier! C'est pas tous les jours qu'un arrangeur de votre trempe nous rejoint...

J'ai aussi publié quelques-unes de vos productions moins connues (La Belle amanchure, Labelle & Angelil, etc.) sur mon blog, Patrimoine PQ.


Sébastien

LoveAndSqualor a dit...

Merci!